La taxation des dépôts de clients se répand dans les banques allemandes

Banque allemande

Les banques allemandes pratiquent de plus en plus des taux d’intérêt négatifs sur les comptes à vue de leurs clients. Cette politique tarifaire est un moyen pour les banques de remédier à la forte baisse des marges, conséquence des taux bas imposés par la BCE.

Vers la taxation des épargnes

Pratique initiée par la Deutsche Skatbank en 2014, la facturation des dépôts des clients tend à se généraliser en Allemagne. Elle a notamment été suivie par la Raiffeisenbank Gmund, et dernièrement par la banque Munichoise Stadtsparkasse et la Volksbank de Hambourg.

À partir du mois d’avril, la Stadtsparkasse compte appliquer un taux d’intérêt négatif de 0,4 % pour les dépôts d’un montant supérieur à 250 000 euros. Pour sa part, la Volksbank prévoit de taxer à hauteur de 0,2 % les dépôts supérieurs à 500 000 euros.

Pour rappel, ces taux d’intérêt négatifs sont apparus suite à la quasi-faillite de la banque Lehman Brothers en 2008. Celle-ci a entraîné un vent de panique sur le marché interbancaire. Au lieu de s’accorder des prêts entre elles, les banques ont choisi de verser leurs fonds à la BCE, ce qui a entraîné une explosion des dépôts.

Ceux-ci ont atteint 950 milliards d’euros en 2014 contre un peu plus d’un milliard en 2008. En conséquence, afin de contraindre les établissements financiers à réinjecter leurs fonds, la BCE a dû adopter une politique dissuasive : la baisse du taux de dépôt. Prévus s’appliquer uniquement sur le marché interbancaire, les taux d’intérêt négatifs n’étaient pas censés s’appliquer aux particuliers.

Face à la généralisation de cette pratique en Allemagne, beaucoup s’interroge sur le cas des banques en France. Vont-elles suivre cette tendance ?

Taux d’intérêt négatif en France : encore improbable

Bien qu’une bonne partie des banques commerciales ont réduit le taux de rémunération de leurs produits d’épargne, l’idée d’appliquer des taux d’intérêt négatifs n’entre pas encore dans la politique tarifaire des banques françaises.

Quoi qu’il en soit, comme la politique de la BCE entraîne une forte réduction de leurs marges, les banques cherchent par tous les moyens à répercuter ces « pertes » sur les clients. À titre d’exemple, le groupe BPCE et Natixis pratiquent déjà des taux d’intérêt négatifs sur les dépôts des grandes entreprises.

En ce qui concerne les dépôts des particuliers, la mise en œuvre de cette pratique reste pour le moment improbable. Le dynamisme des demandes de crédits permet en effet de compenser la perte de profits liée à la baisse des taux de la BCE (47,2 % des ménages français ont contracté un crédit en 2014). Qui plus est, les banques ont pu voir leurs profits augmenter en appliquant des frais de gestion sur les comptes à vue.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top