Le modèle de la banque de demain commence à prendre forme

Représentation de la banque digitale

Les spécialistes ont souvent présenté l’apparition des banques en ligne et des néobanques comme une véritable petite révolution. L’arrivée de ces nouveaux acteurs a effectivement entraîné de nombreux changements, au niveau des usages, des offres et des réglementations. Cependant, dans une certaine mesure, il s’agit plutôt d’un catalyseur de la mutation des services bancaires et financiers.

Depuis l’avènement des banques digitales, les consommateurs ont développé une différente approche des services financiers. Leurs attentes vis-à-vis des banquiers ont d’ailleurs changé de manière significative en seulement quelques années. Les banques traditionnelles ont donc dû se remettre en question face au dynamisme de leurs nouveaux concurrents et à l’évolution de la demande.

NouveauDe plus, de nouvelles mesures comme la DSP2 contribuent à stimuler le développement de la concurrence en intégrant d’emblée tous les acteurs du secteur financier, y compris les Fintech et autres prestataires de paiement. Dans ce contexte, la banque de détail procède progressivement à une refonte de ses offres, de ses tarifications et de son organisation.

Changement de paradigme

Le partage des données bancaires des clients fait partie des nombreuses exigences de la DSP2 (seconde directive européenne portant sur les services de paiement). Cette dernière devait être appliquée depuis le 14 septembre dernier. Cependant, les autorités européennes ont décidé de laisser un sursis aux opérateurs économiques concernés en raison des défis techniques et organisationnels à relever pour s’y conformer.

Cette nouvelle réglementation vise à sécuriser davantage les transactions en ligne à travers l’authentification forte et à ouvrir les services de paiement à des acteurs issus de différents secteurs. Par ailleurs, le partage de données exigé par la DSP2 permet de participer à la mise en place de l’open banking.

Ce concept repose sur l’adoption d’un système d’information ouvert pour rendre les données de paiement accessibles à des opérateurs tiers. Les renseignements en question ne pourront toutefois pas être partagés sans le consentement des clients. Dans un réseau à plateforme ouverte, les API (interfaces de programmation) faciliteront l’utilisation de ces données au quotidien.

Concrètement, ce nouveau contexte a permis de développer des services comme les agrégateurs de comptes. Ces derniers se démarquent en proposant une grande diversité de fonctionnalités pour aider l’utilisateur à optimiser la gestion de son budget.

Outre les prestations fournies par les banques traditionnelles (organisation des dépenses, notifications en temps réel, etc.), les agrégateurs peuvent recommander des investissements ou des épargnes en fonction du profil client.

Tous ces services reposent sur l’exploitation des données bancaires de l’utilisateur en analysant simultanément l’état de ses différents comptes domiciliés dans un ou plusieurs établissements.

L’open banking et les API participent également au développement du crédit. Stripe, par exemple, propose aux PME des avances sur leur trésorerie en se basant sur l’analyse de leurs données d’encaissement. Ce modèle a été transposé aux particuliers par Younited Credit. Grâce à un agrégateur, la Fintech est capable d’analyser la solvabilité des clients et de fournir des crédits à la consommation sous 24 h.

En tout cas, la banque de détail doit encore trouver le juste milieu entre les exigences réglementaires et commerciales. Il est en effet impératif de se conformer aux directives des régulateurs (DSP2, DDA, MIF2, etc.) sans rater les opportunités technologiques pouvant contribuer au développement de son activité.

De nouveaux défis pour les différents acteurs du secteur financier

Durant les premières années des banques digitales, l’absence de services en ligne constituait une raison suffisante pour changer de banque. Depuis, les banques traditionnelles ont massivement investi dans leur transformation numérique. Elles se sont donc adaptées progressivement aux nouvelles attentes des clients et ont réussi à résister à la montée en puissance des banques en ligne et des néobanques.

Les établissements financiers classiques commencent d’ailleurs à réduire l’écart au niveau du parcours client et de la diversité des outils numériques proposés. Par exemple, BNP Paribas fournit actuellement la deuxième meilleure offre digitale du marché, parvenant ainsi à surclasser trois néobanques dans le top 5. C’est ce que révèle une étude de D-Rating parue en juillet dernier.

Autrement dit, offrir un parcours client digitalisé ne permet plus de se démarquer. Les acteurs doivent désormais miser sur d’autres valeurs ajoutées reposant notamment sur l’innovation et la qualité de l’expérience utilisateur.

Familiers de Spotify, Uber, Deliveroo, etc., les consommateurs souhaitent retrouver le même confort d’utilisation et le niveau de personnalisation de ces services dans le secteur bancaire. À cet effet, la banque en ligne dédiée aux professionnels Manager One a rendu son parcours client plus intuitif et personnalisé dans la gestion des comptes, des flottes de cartes, etc. Le modèle Pay by Transfer représente également un exemple marquant de la simplification des paiements.

Proposer des conseils et des services bancaires sur-mesure est dorénavant possible grâce aux apports des progrès technologiques tels que l’intelligence artificielle, le data management, les API, etc. Dans tous les cas, le principe consiste à affiner l’exploitation des données pour présenter à chaque utilisateur, en temps réel, une offre personnalisée (recommandations, prestations, produits…).

Cette logique est d’ailleurs à la base du concept « Bank as a service » permettant d’offrir des services bancaires à la carte aux clients. Désormais, les établissements financiers peuvent proposer aux utilisateurs d’appareils connectés les bons produits bancaires (crédit, épargne, etc.) au bon moment, en fonction de leur profil.

Ces services flexibles à souhait et ces systèmes de ciblage requièrent des préparations en amont ainsi que des outils adaptés. Néanmoins, contrairement aux acteurs malheureux de l’assurance instantanée, la banque de détail est assez mature pour proposer ce type de prestation sans menacer sa pérennité.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top