Le G20 surveille de près l’incursion des géants du numérique dans le secteur financier

entreprise Amazon

Les superviseurs et les régulateurs internationaux commencent à s’inquiéter face aux projets d’expansion des GAFA (Google Apple, Facebook, Amazon…) dans le secteur bancaire. Les géants du numérique alarment notamment par leur taille, leur puissance financière et leur base de clients. Ces nouveaux acteurs risquent ainsi de bouleverser le modèle économique des banques ainsi que l’équilibre financier actuel.

Facebook accapare l’attention du public et des régulateurs financiers depuis les premières phases de développement du projet Libra. Pendant ce temps, Apple lance une carte de crédit en partenariat avec Goldman Sachs. Pour sa part, Amazon développe un compte courant avec JPMorgan Chase. Enfin, Google prépare ses propres services bancaires.

Eu égard à ce phénomène, le FSB (Conseil de stabilité financière rattaché au G20) a récemment publié un rapport détaillant les risques liés à l’entrée des géants du numérique dans l’univers de la finance. D’autant que les GAFA chinois ou BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi) semblent aussi adopter la même stratégie d’expansion que leurs homologues américains.

Des catalyseurs potentiels de crise financière

L’entrée de nouveaux acteurs dans le secteur bancaire est généralement associée à certains risques financiers et opérationnels, notamment en matière de liquidité et de solvabilité. Cependant, avec les GAFA, le FSB est surtout préoccupé par l’impact de leur présence dans le milieu en cas de nouvelle crise financière.

En effet, même s’ils distribuent des produits financiers en collaboration avec une banque traditionnelle, les géants du numérique relaieront inévitablement les risques associés à ce type d’offre. La propagation du krach risque ainsi d’atteindre des dimensions sans précédent en raison de la particularité de ces entreprises.

Comme le souligne le FSB dans son dernier rapport sur le sujet :

« Ces risques peuvent être particulièrement importants si ces services financiers ne sont pas facilement substituables et si la gestion des risques et les contrôles des Big Tech sont moins efficaces que ceux exigés auprès des institutions financières réglementées ».

De ce fait, le rôle des régulateurs est désormais crucial pour garantir la stabilité du système financier mondial, voire la pérennité du modèle économique actuel. Pourtant, les GAFA sont aussi connus pour leur aversion envers toute forme de régulation de leurs activités. Par ailleurs, leur petit nombre et leur technologie basée sur le Cloud risquent de compliquer davantage la gestion d’éventuelles crises.

Compte tenu de l’ampleur du problème, de nombreux pays ont décidé de mettre en place une nouvelle régulation pour limiter les risques associés aux activités des géants du numérique. Le FSB reste toutefois assez dubitatif quant à l’efficacité de cette mesure.

Dans l’ensemble, tous les acteurs de la finance se montrent désormais plus vigilants face à l’arrivée des GAFA dans le secteur. Ils surveillent également de très près les services financiers proposés par les entreprises technologiques venant d’Asie.

Des avantages indéniables pour les consommateurs

Le changement de banque peut parfois être motivé par la mauvaise qualité du parcours client. Pour y remédier, de nombreuses banques se sont inspirées des géants du numérique. En effet, ces derniers se démarquent nettement en matière d’expérience client. De ce fait, en se lançant dans le secteur financier, ils représentent de sérieux concurrents pour les acteurs traditionnels.

En raison de leur réputation et de leurs services de proximité, les GAFA sont capables de favoriser l’inclusion bancaire des personnes qui n’ont jamais eu accès à un compte bancaire ou à tout autre produit financier. Le FSB reconnaît d’ailleurs ce point fort des entreprises technologiques.

Le phénomène est particulièrement perceptible sur les marchés émergents comme l’Asie. Les géants chinois Baidu, Tencent et Alibaba, par exemple, enrichissent continuellement leurs offres en matière de services bancaires. Ainsi, selon les chiffres de la Banque mondiale, le taux de bancarisation de la population est passé de 63 % en 2011 à 80 % en 2017.

Sur les marchés européens et américains, les activités des GAFA sont encore limitées à des collaborations avec des établissements financiers traditionnels. Néanmoins, ce cas de figure comporte déjà des risques non négligeables pour les acteurs du secteur.

Selon le FSB :

« Ce n'est pas le rôle des autorités de protéger les établissements financiers de la concurrence, mais régulateurs et superviseurs devraient se montrer particulièrement vigilants à l'impact d'une telle concurrence sur la viabilité des modèles économiques existants et la nature de la réponse à apporter ».

La concurrence est généralement avantageuse pour les clients en raison de la baisse des prix. En revanche, ces nouveaux acteurs menacent à terme les marges des banques ainsi que leurs fonds propres.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top