Votre nouveau conseiller financier… est un robot

conseiller robot

Avec l’explosion du virtuel, l’intelligence artificielle n’aura pas mis longtemps à intégrer le monde de la finance, sous forme d’humanoïdes vous conseillant sur la gestion de votre argent.

Notre sélection des promos

Des bots très tendance dans la finance

C’est au salon Money2020 de Las Vegas que Bank of America a choisi de présenter sa vision de l’avenir de la banque en ligne. Pour Michelle Moore, sa responsable banque numérique, l’arrivée des assistants virtuels signe une nouvelle ère du monde de la finance grand public. Car le bot Erica (contraction de robot), bientôt intégré dans l’application de la banque, ne se contentera pas de vous donner votre solde, mais il pourra aussi engager la conversation vocalement ou par SMS.

Doté d’une intelligence artificielle, Erica connaîtra sur le bout des doigts votre historique dans la banque et pourra vous conseiller, de sa voix encore un peu métallique, sur quoi faire de votre argent.

De son côté, MasterCard a également profité du salon de Las Vegas pour annoncer le lancement d’une plateforme de chatbots, des assistants numériques capables de conversations « humanoïdes », selon l’expression de Zor Golerov, le patron de la startup Kasisto.

Je compare les offres bancaires

Les banques françaises bottent en touche

Ces nouveaux coachs financiers auront certes l’avantage d’être disponibles jour et nuit, mais leur programmation vous incitera-t-elle à plus épargner ou plus dépenser ? À moins que leur intelligence artificielle gagne en autonomie au point de vous conseiller de changer de banque si elle devient trop chère…

En France, on en est encore au stade de l’expérimentation. La Société Générale va tester un chatbot, intégré dans Facebook Messenger, consacré au… rugby ! De son côté, BNP Paribas vient d’entrer dans le capital d’une startup qui travaille sur des interfaces vocales basées sur l’intelligence artificielle.

Mais, pour le cabinet Forrester, les bots ne sont pas encore assez fiables : rater une commande de tacos n’est pas grave, mais donner un mauvais conseil financier peut avoir de lourdes conséquences.

La France fait donc de la résistance face à cette invasion programmée des humanoïdes. Mais pourra-t-elle contrer encore longtemps les assauts répétés des multiples fintechs, qui ont déjà conquis de nombreuses banques en Chine, et viennent d’entrer sur le continent américain ?

Archives