Les supermarchés lancent leurs propres cartes bancaires

Apercu d'un supermarché

La délivrance des cartes bancaires n’est plus du seul ressort des banques actuellement. Les grandes enseignes de distribution ont aussi créé leurs propres cartes bancaires pour faciliter les paiements et sans doute dans un but plus stratégique. Ces cartes sont à utiliser avec vigilance et en connaissance de cause car elles comportent une option de paiement à crédit. Il faut savoir jongler entre ses coûts et ses avantages.

Faire ses courses dans un supermarché avec sa carte bancaire en main semble être une idée séduisante. C’est une alternative intéressante avec ses économies potentielles et elle attire plus en plus de consommateurs.

Si les supermarchés se lancent dans ce créneau qui semble être plus que rentable, c’est pour fidéliser les clients, les inciter à faire plus de courses, mais surtout parce que 63 % des Français qui disposent d’un compte bancaire utilisent une carte comme moyen de paiement.

Les établissements qui exercent dans la grande distribution ne sont pas les seuls intéressés par cette innovation. En effet, certains géants dans le domaine de la télécommunication prévoient aussi de tenter leur chance, un projet assez farfelu mais l’idée fait son chemin.

On pourrait en tirer beaucoup d’avantages

Ce nouveau moyen de paiement s’apparente à un coffret contenant une carte de paiement à débit immédiat dont l’autorisation systématique est reliée à un compte courant. Si vous en disposez une, sachez que votre compte ne pourrait jamais être débiteur.

Les modalités de paiement sont les même que celles utilisées en France et dans le monde. Ainsi, en cas de perte ou de vol, les procédures pour faire opposition sont les mêmes. Comme les cartes bancaires ordinaires, elles disposent de garanties d’assistance ou d’assurance. Quand vous faites vos courses, sa valeur est prélevée sur votre compte courant ou à défaut, le montant sera débité à la fin du mois, si vous avez opté pour le débit différé.

Contrairement aux comptes ordinaires, tout le monde peut ouvrir un compte dans un supermarché et même si on a été interdit bancaire. En plus, ces grandes surfaces n’imposent pas de somme plancher, d’un flux minimum ou une domiciliation de revenu.

En ce qui concerne le détenteur de la carte, il existe une version pour les mineurs à partir de 12 ans, mais sous condition qu’il y ait un contrôle parental permanent jusqu’à 18 ans.

Les conditions liées à la carte

L’ouverture d’un compte a été simplifiée mais certaines sont accessibles aux personnes plus ou moins à l’aise avec l’informatique. La première étape consiste à scanner ou photographier deux justificatifs et ensuite faire le premier transfert sur le plateforme de paiement virtuel de l’enseigne.

Il y a deux modes de paiement possibles : au comptant ou à crédit. Dans ce dernier cas, il faut payer des agios annuels selon votre encours.

Comme pour les banques, les supermarchés vous prélèvent une commission d’environ 2% en contrepartie des services rendus mais les retraits aux distributeurs sont généralement gratuits.

Pour des opérations faites à l’étranger comme des achats ou des retraits, la commission est symbolique : de l’ordre de 2 euros. Enfin, il est à noter que les supermarchés ne vous délivrent pas de chéquier.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top