Quand les FinTech accompagnent les banques dans leur développement

Une tablette avec au dessus des icônes des domaines touchés par les fintechs

Les banques s’appuient de plus en plus sur les FinTech pour améliorer leur processus ainsi que leur modèle ; ceci, dans le but de redéfinir l’expérience client. De la personnalisation des produits et services à la protection des données bancaires, tout est basé sur les technologies disruptives de ces nouveaux acteurs.

Initialement pressées par la concurrence des FinTech, les banques ont su, au fil du temps, collaborer avec celles-ci pour tirer profit de leurs technologies. Entre 2014 et 2015, les investissements dans ces jeunes pousses ont bondi de 75%. Sur un total de 22,3 milliards d’euros, 5 milliards provenaient des établissements bancaires.

À travers ce partenariat, les banques et les startups ont toutes deux à y gagner. En effet, les premières apportent leurs infrastructures, leur base clients et leurs relations institutionnelles tandis que les dernières déploient leurs atouts digitaux pour le développement d’un nouveau modèle de fourniture de services financiers.

Applications mobiles peaufinées, moyens de paiement en ligne et de transfert d’argent innovants, système de chat sur le Web performant… Autant d’offres bancaires optimisées par ces nouvelles technologies.

Blockchain et cybersécurité

L’essor des paiements à distance a fait naître de nouveaux enjeux au sein du secteur bancaire, notamment la lutte contre la cybercriminalité. Pour renforcer la sécurité bancaire, les établissements de crédit misent sur les technologies des FinTech.

C’est ainsi que le blockchain (technologie de stockage et de transfert d’informations transparente, sécurisée et décentralisée) débarque dans le monde bancaire.

En février dernier, la Banque de France, en partenariat avec des jeunes pousses expertes en la matière, a par exemple créé un laboratoire dédié au blockchain. Cette technologie est utilisée pour la protection des identités, de l’intégrité des données et de l’infrastructure.

Identification des clients à risque

Pour faire face aux fraudes et au blanchiment d’argent, la nouvelle Directive sur les services de paiement (DSP2) tend à basculer vers un nouveau modèle de « Know Your Customer » (KYC). Il s’agit d’un processus par lequel les acteurs de la finance et les banques identifient les risques en lien avec leurs clients.

Une fois encore, les FinTech ont leur rôle à jouer, notamment dans la conception de programmes Know Your Customer. Or la DSP2, qui deviendra une loi à part entière en janvier 2018, impose aux banques la fourniture des informations relatives aux comptes bancaires de leurs usagers aux nouveaux acteurs.

L’intelligence artificielle au service de la banque

Pour accélérer leur mue numérique, les établissements bancaires puisent leurs ressources dans les avancées de l’intelligence artificielle.

L’idée est d’optimiser le traitement des masses de données récoltées, notamment sur les habitudes des clients, afin de développer des services bancaires à même de répondre aux attentes spécifiques de ces derniers. Chatbots, robo-advisors ou autres assistants personnels intelligents, autant d’instruments utilisés pour déterminer clairement les réels besoins des usagers. Sans mentionner les algorithmes de scoring qui permettent de limiter au maximum les fraudes.

En somme, la collaboration des banques avec les FinTech leur permettent de développer des produits et des services plus complexes, adaptés aux attentes des consommateurs qui sont davantage autonomes et avides d’offres innovantes.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top