La bancarisation numérique au Kénya

Vue sur la capitale Nairobi

Aujourd’hui, la culture numérique kényane s’est extrêmement développée. Cela se reflète notamment dans le secteur bancaire où les Kényans plébiscitent de plus en plus les prestations bancaires dématérialisées. Les banques du pays ont de ce fait amorcé un processus de numérisation de leurs services. En général, les actions entreprises se résument en une intensification des investissements dans les technologies mobiles et en ligne.

De nombreux Kenyans souhaitent accéder à davantage de transactions bancaires dématérialisées. Dans le pays, 38,5 millions de particuliers utilisent les services bancaires mobiles et en ligne pour transférer leurs fonds depuis leur téléphone vers leur compte bancaire. James Mwangi, directeur général d’Equity Bank, une des plus grandes banques d’Afrique, souligne que :

les tendances de la banque de détail vont vers la fin du modèle de l’agence commerciale comme canal de transaction. Les clients adoptent de plus en plus les plateformes technologiques, qui leur offrent liberté, choix et contrôle.

James Mwangi

Jeremy Awori, directeur général de Barclays Bank of Kenya, estime alors que pour assouvir le besoin grandissant de transactions dématérialisées, il faut une nouvelle approche de la banque. C’est en partant de ce constat que l’enseigne a décidé de lancer son application bancaire en juin 2013, faisant d’elle l’un des premiers établissements à déployer un tel outil au Kenya.

Des Kényans avides de numérique

Ade Ayeyemi, directeur général d’Ecobank, confirme l’intérêt que les Kényans portent sur les transactions numériques. Il confie en effet que la quasi-totalité des clients de l’établissement accèdent à leurs comptes depuis leur Smartphone, en recourant notamment à diverses plateformes telles que mVisa ou Masterpass.

Du côté de Safaricom, les utilisateurs adoptent les solutions de la filiale de Vodafone pour des transferts de fonds ou le règlement de factures via téléphone mobile. Sous l’impulsion des établissements bancaires, la société a progressivement étendu son périmètre.

Le groupe Standard Chartered se lance quant à lui dans les prévisions. Il présage qu’en 2017, 35% des transactions effectuées chez sa filiale kényane seront effectuées en ligne et sur mobile. En guise d’appréciation, notons qu’en 2015, l’établissement a dégagé environ 1,3 milliard d’euros de revenus en Afrique.

Mohamed Nyago, président de la CBK (Banque centrale du Kenya) commente que

le Kenya est très en avance par rapport à de nombreux pays de la région sur les questions des technologies numériques. Celle lancée par Ecobank est une solution maison et une véritable indication que nous sommes sans égal dans ce domaine.

Mohamed Nyago

Le président renchérit que dans le pays, l’environnement économique instauré par le régulateur est favorable à ces transactions dématérialisées. Il explique que les banques et les opérateurs de télécommunications bénéficient d’un cadre propice pour déployer leurs solutions de paiement.

Le passage à la banque mobile

Pour répondre au besoin grandissant de prestations dématérialisées éprouvé par les Kényans, les établissements bancaires misent sur les applications mobiles.

Le directeur général d’Ecobank confie :

Nous pensons que les applications mobiles bancaires vont nous permettre d’atteindre de nouveaux clients.

Le directeur général d’Ecobank

L’offre numérique est une approche d’optimisation de notre réseau qui vise à répondre aux demandes de nos clients corporate comme individuels. Elle permet de transférer des fonds à travers 33 pays, et à Ecobank de devenir le moteur du commerce en Afrique

Le dirigeant estime que le déploiement optimal de ces outils, qui sera rendu possible grâce à des partenariats avec d’autres acteurs, permettrait à l’établissement de signer 100 millions de clients.

Outre la satisfaction des attentes des clients, les technologies digitales offrent une réduction des charges pour les banques.

Nous savons que plus nous étendons les réseaux d’agences, plus les coûts opérationnels sont élevés. Les technologies numériques aujourd’hui disponibles aident les banques à réduire ces coûts

appuie le patron de Barclays Bank of Kenya.

Une adaptation est nécessaire

James Mwangi, le dirigeant d’Equity Bank, résume en affirmant que

La technologie encourage l’innovation et crée de la croissance dans le secteur des services financiers, ce qui perturbe la façon dont les affaires sont menées traditionnellement.

James Mwangi

Nous devons veiller à ce que la réglementation bancaire suive le rythme de la croissance de la technologie, qui est très rapide. Nous encourageons cette évolution car nous savons qu’elle aidera à soutenir la croissance au Kenya

Mohamed Nyaoga

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top