Les impasses de la loi Macron sur la mobilité bancaire

Mobilité bancaire

La loi Macron, censée faciliter la mobilité bancaire, exclut près de quinze millions de clients.

Avec l’entrée en vigueur de la loi Macron le 6 février prochain, changer d’établissement bancaire sera plus facile. Les banques seront en effet tenues de prendre en charge toutes les opérations relatives à la mobilité bancaire (changement de RIB, transfert des virements et prélèvements, etc.).

Toutefois une question se pose : cette disposition introduira-t-elle réellement davantage de concurrence entre les banques françaises ? Serge Maître, président de l’Afub (Association française des usagers de banques), semble sceptique. Il confie d’ailleurs à l’Express-VotreArgent les raisons qui le poussent à envisager de saisir la commission de Bruxelles qui est à l’origine de cette loi.

Les clients souhaitent changer de banque

Un sondage réalisé par l’Express-VotreArgent sur 700 internautes révèle que trois quarts des personnes interrogées envisagent de profiter de la loi Macron pour changer d’établissement bancaire. Serge Maître affirme qu’il n’est pas vraiment surpris de ce résultat qui, selon lui, traduit le ressenti que les Français éprouvent à l’égard de leur banque, avec laquelle ils ont établi et consolidé une relation de confiance et de proximité.

Le président de l’Afub souligne que la moitié des plaintes qu’ils reçoivent ont été déposées par des clients qui, parfois, fréquentent la même enseigne bancaire depuis trente ans. Il estime alors que la question des tarifs reflète l’évolution d’un modèle où les échanges avec un conseiller se font de plus en plus rares et où la digitalisation prend davantage de l’ampleur.

Le président explique que les particuliers souhaitent bénéficier de prix compétitifs, mais surtout d’une relation et des prestations de qualité.

La loi Macron renforcera-t-elle réellement la concurrence entre les banques ?

Serge Maître souligne d’abord que c’est une directive de Bruxelles qui est à l’origine de cette disposition et non d’Emmanuel Macron. Celle-ci impose en effet tous les États membres de l’Union européenne de renforcer la concurrence entre les banques.

Le président de l’Afub reconnaît toutefois que cette loi présente quelques progrès, mais elle contient également plusieurs impasses. En premier lieu, elle ne dit rien sur les neuf milliards de chèques circulation.

Par ailleurs, elle exclut environ quinze millions de clients. Il s’agit notamment des neuf millions d’emprunteurs immobiliers soumis à une clause de domiciliation des échéances, de ceux qui ont signé un contrat d’assurance vie dans leur agence et ne peuvent pas clôturer le compte qui y est attaché ainsi que de ceux qui ont souscrit un PEA.

Il est ainsi clair que les exclus ne font pas partie des clients les plus pauvres des établissements. Selon le président, les autorités françaises ont balayé les arguments des banques et de leurs clients. Il conclut qu’ils ont de ce fait le droit de saisir la commission européenne sur ces entraves à la liberté de changer de banque.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top