Les taux d’intérêt négatifs deviennent une réalité

Courbe montrant une chute du d'intérêt

À partir de septembre 2016, les clients particuliers de la banque allemande Raiffeisenbank Gmund am Tegernsee qui détiennent plus de 100 000 € vont payer un taux d’intérêt négatif de 0,4 %. Une pratique qui pourrait bientôt se généraliser dans le secteur bancaire en Europe.

Premiers taux négatifs sur les dépôts des particuliers

La Banque Centrale Européenne a lancé la tendance avec un taux de facilité négatif sur les dépôts que lui confient les banques. En retour, ces dernières ont commencé à répercuter ce coût sur les fonds d’investissement et les hedge funds, suivies des clients business. La mesure s’applique maintenant progressivement aux particuliers.

Une banque de Bavière a ainsi annoncé à ses clients dont le compte courant dépasse le seuil de 100 000 euros qu’elle leur facturera un taux d’intérêt négatif de 0,4 % à compter du mois de septembre.

Si les autres établissements à travers le continent s’alignent sur la pratique comme ils le laissent entendre, ils briseraient un des derniers tabous du monde bancaire. En effet, jusqu’ici, les acteurs du marché devaient jongler entre le souhait de garder leurs clients dans un contexte de forte concurrence, et préserver leurs marges dans l’activité de banque de détail.

La France joue la prudence dans l’application des taux négatifs

Selon les experts, après deux ans d’application, le taux de facilité de dépôt négatif de la BCE a peu de chances de repasser dans le positif avant au moins un laps de temps équivalent. Les clients des banques doivent par conséquent se préparer à se voir facturer graduellement des taux négatifs.

En France, le phénomène n’en est qu’à ses débuts. Natixis est l’une des premières banques à envisager de mettre progressivement en œuvre des taux négatifs, d’abord aux grandes entreprises, et au cas par cas. Dans la banque de détail, la politique ne devrait pas s’appliquer dans l’immédiat, mais les établissements compensent le manque à gagner sur les frais de tenue de compte. Selon un comparateur des banques, ces frais, qui ne concernaient que 41,5 % des Français début 2013, se sont étendus à 56,6 % d’entre eux en 2015, puis 82,6 % en début d'année.

Bien que les taux négatifs améliorent la rentabilité des banques, ils vont certainement mécontenter les consommateurs, entraînant un mouvement anti-BCE et anti-Europe. Un risque à ne pas négliger après les remous provoqués par le Brexit.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

Liens sponsorisés
back top