L’union entre Crédit du Nord et Société Générale arrivera bientôt à une nouvelle phase

concept imagé d'union de forces entre deux silhouettes qui se serrent la main

La Société Générale et le Crédit du Nord préparent depuis presque deux ans le rapprochement de leur réseau. Un projet à l’égard duquel des clients de la firme lilloise témoignent d’une vive préoccupation. Son pilotage a été confié à Sébastien Proto, un des directeurs généraux adjoints de la banque rouge et noire.

La fusion entre la Société Générale et le Crédit du Nord, communiquée à la fin 2020, continue d’avancer. Selon le groupe, elle présente plusieurs avantages pour les personnes détenant un compte auprès de sa filiale en France. Il évoque entre autres un triplement des agences dont ces clients pourront profiter. Un argument qui cache toutefois l’arrêt de quelque 100 agences sur l’ensemble du réseau Société Générale.

Le nouvel établissement né de la combinaison entre les deux entreprises disposera d’une couverture territoriale nettement plus faible. Il comptera en effet seulement 1 450 agences d’ici trois ans, soit 650 de moins qu’en 2020.

Je compare les offres bancaires

Le projet engendre de l’inquiétude chez plusieurs clients

Ce rapprochement entraînera le remerciement de 3 700 collaborateurs au cours des trois prochaines années. Dans les détails, respectivement 30 %, 50 % et 20 % des postes seront supprimés en 2023, 2024 et 2025. La maison mère a précisé qu’ aucun départ ne sera obligé.

La transmission du patrimoine du Crédit du Nord à la nouvelle banque qui sera constituée devrait intervenir dès début 2023. Les clients de l’établissement intègreront donc le portefeuille du groupe parisien à compter du 1er janvier prochain. Depuis quelques semaines, ils ont été avisés par courrier du transfert.

Une nouvelle qui a suscité des préoccupations auprès de beaucoup d’entre eux. Un adhérent à une division du Crédit du Nord, la Banque Tarneaud, explique que celle-ci :

[…] Avait la caractéristique d'une petite institution avec laquelle il y avait une certaine proximité.

Il craint de ce fait que le mariage avec le géant parisien risque de nuire à la qualité de la relation. Un autre titulaire de compte s’était justement rattaché à la même filiale pour sa proximité. L’intéressé s’interroge s’il la retrouvait avec :

[…] Un grand groupe bancaire qui n'a, je pense, pas la même culture ni les mêmes objectifs.

Un dirigeant d’entreprise, songeant à changer de banque, maugréait de son côté :

C'est du grand n'importe quoi. La Société Générale n'a jamais été une banque de commerçants.
Je compare les offres bancaires

Le logo des banques du Crédit du Nord changera

Outre la fusion juridique , Jean-Louis Klein, DG du Crédit du Nord, déclare que les instants déterminants concernent les deux migrations informatiques.

Ces opérations devraient garantir une baisse de coût dans les prochaines années. Elles s’accompagnent néanmoins d’une addition conséquente, estimée dans une fourchette de 700 à 800 millions d’euros.

L’union entre la Société Générale et sa filiale s’assortit aussi d’une modification du logo. La maison mère a choisi la dénomination « SG ». À celle-ci s’ajoute, selon la région, le nom de l’agence du Crédit du Nord engloutie :

  • SG Crédit du Nord ;
  • SG Laydernier ;
  • SG Courtois ;
  • Etc.

Dans les secteurs où la banque nordiste est historiquement moins présente, le groupe a retenu l’appellation du territoire :

  • SG Auvergne Rhône-Alpes ;
  • SG Sud-Ouest ;
  • Etc.

En Auvergne et dans les Vosges, les établissements Nuger et Kolb cessent d’exister. Le responsable national de Force Ouvrière à la Société Générale, Marc Durand, réagit :

C'est retirer une identité historique, visuelle et culturelle, aussi bien aux clients qu'aux salariés.

Marc Durand

Le syndicaliste révèle que les équipes à qui 1 000 euros de prime ont été proposés éprouvent d’ailleurs une mélancolie.

Archives