Les arnaques de crédits entre particuliers sont en croissance

echange d'argent

Les arnaques aux crédits entre particuliers sont en forte recrudescence. L’Afub appelle à la prudence.

Véritable calamité sur internet, les arnaques sur les crédits entre particuliers se prolifèrent. Cette année, l’Association française des usagers des banques (Afub) recense près de 250 plaintes. Elle estime qu’au moins 10 000 personnes ont été victimes de ce type de fraudes. Tour d’horizon !

Une stratégie toute faite

N’importe qui pourrait être abusé par les perpétrateurs de ce type d’arnaques, tant leur processus est crédible. Après avoir pris contact et proposer une offre de crédit alléchante à la victime, l’arnaqueur élabore toute une stratégie d’étude de solvabilité de l’emprunteur. Serge Maître, secrétaire général de l’Afub, explique que le délinquant mène son étude pendant 4 à 6 semaines.

Pour renforcer sa crédibilité, celui-ci demande par la suite les relevés bancaires et divers documents administratifs de la personne. Selon le secrétaire général de l’Association, c’est justement cette étape qui efface définitivement les doutes que la victime aurait pu avoir au début. Le piège se referme ensuite inévitablement.

Le fraudeur envoie à sa proie un premier chèque qui représente la moitié du montant total du prêt. Il demande ensuite à celle-ci de lui faire parvenir de l’argent pour couvrir les frais de dossier et disparaît. Quelques jours plus tard, la banque de la victime l’avise que le chèque qu’elle a reçu est un faux comme l’explique Serge Maître.

Le fonctionnement des banques en cause

La fraude joue en fait sur le fonctionnement de l’établissement bancaire, plus précisément, sur le délai qui s’écoule entre la réception du chèque et son encaissement effectif. Il peut s’écouler jusqu’à 72 heures entre ces deux moments. Pendant ce laps de temps, le montant du chèque s’affiche dans les relevés de la banque en ligne de la victime, mais il n’est pas encore crédité sur son compte bancaire.

Résultat, cette dernière, voyant le montant sur ses relevés, pense qu’elle a effectivement reçu les fonds alors qu’il n’en est rien. « Et comme les victimes sont généralement honnêtes, elles s’acquittent des frais de dossiers réclamés par le supposé prêteur » déplore Serge Maître.

L’Afub sollicite ainsi les banques à être claires sur leurs conditions et demande qu’elles mentionnent distinctement que le crédit que les emprunteurs reçoivent est « provisoire, sous réserve que le chèque soit effectivement payé ».

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

back top