Frais de succession

frais de succession

Lorsqu’un établissement bancaire clôture un compte bancaire d’une personne décédée, des frais bancaires de succession doivent être réglés par les héritiers du défunt. Variant d’une banque à l’autre, ils sont consultables dans les grilles tarifaires de ces établissements.

Notre sélection des promos
Offre du moment
180 € Offerts
Hello bank!
Je découvre l’offre
Offre du moment
160 € Offerts
Monabanq
Je découvre l’offre
Offre du moment
80 € Offerts
BoursoBank
Je découvre l’offre
Offre du moment
80 € Offerts
BforBank
Je découvre l’offre

 

Qu'est-ce que les frais bancaires de succession ?

Lors d’un décès, la banque doit non seulement recenser le(s) compte(s) ou livret(s) du défunt pouvant faire partie de la succession avant de le(s) clôturer, mais également informer les héritiers ou encore communiquer les données au notaire et au fisc. Selon les règles de partage transmis par le notaire en charge de la succession, l’établissement bancaire doit transférer les avoirs sur le compte des héritiers ou sur le compte de succession.

Toutes ces opérations administratives (parfois jusqu’à une trentaine) impliquent le paiement de frais bancaires. En revanche, d’après l’article L312-1-7 alinéa 1 du Code monétaire et financier, pour les vivants “la clôture de tout compte de dépôt ou compte sur livret est gratuite”. Ces frais bancaires contribuent à la sécurité et la fiabilité de la succession, quel que soit son montant, et varient d’une banque à l’autre et d’un cas de succession à l’autre, car ils sont conventionnels (ils dépendent du contrat signé entre la banque et son client).

Je compare les offres bancaires

 

Comment sont calculés les frais bancaires de succession ?

Les frais bancaires de succession ne sont pas régulés par la loi. De fait, le calcul et le montant de ces commissions sont parfois difficiles à identifier pour le client, car bien qu’indiqués dans les brochures tarifaires des établissements bancaires, ils ne sont pas toujours exprimés de manière limpide. Il est alors recommandé d’interroger votre conseiller bancaire lors de la souscription du contrat pour connaître la nature et le montant de ces frais.

Ceux-ci viennent rémunérer les différentes actions de la banque pour sécuriser les avoirs du défunt en vue de la succession et garantir l’équité vis-à-vis des ayants droits. Parmi ces opérations, on dénombre notamment la réception et l’analyse du dossier, l’enregistrement du décès, le blocage des comptes individuels du défunt et des moyens de paiement, ainsi que le règlement des factures. En outre, l’établissement bancaire se charge de l’analyse des instructions des notaires ou ayants droits, la clôture des comptes, la transmission des fonds au notaire et l’information du traitement de l’instruction, ou encore la communication aux partenaires (ex. assureurs) et à la DGFIP.

Parmi les textes, seul le Code monétaire et financier précise à son article L. 133-26 que “ces frais doivent rester appropriés et en rapport avec les coûts réellement supportés par le prestataire de services de paiement”. Une formule assez floue et n’impliquant aucune obligation de la part des banques. Généralement, certaines banques prélèvent une somme forfaitaire, alors que d’autres ponctionnent un pourcentage. À noter que les frais sont le plus souvent proportionnels aux avoirs totaux.

Je compare les offres bancaires

 

Quel est le montant des frais de succession pratiqués par ma banque ?

Selon les chiffres fournis par UFC-Que Choisir, les frais de traitement des successions sont deux à trois fois plus chers en France que dans la majorité des pays européens. En effet, ils atteignent 233 euros en moyenne sur l'année 2020 pour un héritage de 17 000 euros, alors qu’à la même période, ils s’élèvent à 112 euros en Italie, 107 euros en Belgique, 80 euros en Espagne et sont même... inexistants en Allemagne, qui les a déclarés illégaux.

Ces données sont établies au regard des brochures tarifaires des 21 établissements représentatifs du secteur, selon le Rapport annuel de l’Observatoire des tarifs bancaires publié le 18 octobre 2021. Ces frais bancaires de succession sont très disparates en France, ils varient du simple au quadruple selon les établissements.

En outre, ces frais de traitement des successions sont en constante augmentation (+28% ces 10 dernières années), une augmentation qui est d’ailleurs supérieure au niveau de l’inflation enregistré au moment de l’enquête. S’il est difficile de savoir comment les banques calculent ces frais, il est aisé de savoir ce que ces frais leur rapportent : 150 millions d'euros chaque année, relate UFC-Que Choisir.

Voici un tableau récapitulant l’évolution des frais pour une succession simple de 15 000€ réglée en deux mois, entre 2012 et 2020

Banque20122017201820192020Evolution 2020/ 2019Evolution 2019/2018Evolution 2019/2012
CA Alpes Provence (Fourchette de prix) (Fourchette de prix) 415,72 285,72 265,72 -7% -31% ?
CA Alsace Vosges (Fourchette de prix) 150 150 150 150 0% 0% ?
CA Anjour Maine 147,4 101,3 103 103     0% -30%
CA Aquitaine 161 157,5 157,5 157,5 159 1% 0% -2%
CA Atlantique Vendée 120,5 135 150 150 152 1% 0% 24%
CA Brie Picardie 90 94,5 97,5 97,5     0% 8%
CA Centre Est 111 142,5 142,5 142,5     0% 28%
CE Midi Pyrénées 125 125 125 120     -4% -4%
BP Auvergne Rhône Alpes (ex Loire et Lyonnais) 145 145 120 120     0% -17%
CE Aquitaine Poitou Charentes 90 170 175 125     -29% 39%
Banque de Savoie 125 125 125 125     0% 0%
CA Centre France (Fourchette de prix) 175 210 210 220 5% 0% ?
BP Occitane 135 135 135 135 150 11% 0% 0%
CA Centre Loire 158,4 241,5 242,55 242,55     0% 53%
CA Centre Ouest (Fourchette de prix) 328,08 320,00 (Fourchette de prix) (Fourchette de prix) ? ? ?
BRED 127,5 135 136,5 136,5     0% 7%
CA Champagne Bourgogne 106,5 112,5 114 114 114 0% 0% 7%
CA Charente Maritime Deux Sèvres 150 150 150 150 200 33% 0% 0%
CA Charente Périgord 150 157,5 157,5 157,5 157,5 0% 0% 5%
CA Corse 430 358,1 360,45 150     -58% -65%
CA Cotes d'Armor 160 299 225 225 225 0% 0% 41%
BforBank   300 150 150     0% ?
BP Alsace Lorraine Champagne (ex-Alsace) 150 150 150 150 150 0% 0% 0%
BP Auvergne-Rhône-Alpes (ex Alpes) 150 150 150 150 120 -20% 0% 0%
BP Nord 150 150 150 150     0% 0%
BP Méditerranée (ex Provence Alpes Corse) 210 150 150 150     0% -29%
CA des Savoies 135 142,5 142,5 142,5 142,5 0% 0% 6%
CA Finistère 160 299 225 225 225 0% 0% 41%
CA Franche Comté 135 142,5 142,5 142,5     0% 6%
CA Ile et Vilaine 160 299 225 225 225 0% 0% 41%
CA Ile-de-France 140 157 160 160     0% 14%
CM Anjou 229,73 270 285 285     0% 24%
CM Bretagne 230 238 238 238     0% 3%
HSBC 150 150 150 150     0% 0%
CA Loire Haute Loire 118,5 118,5 118,5 118,5 118,5 0% 0% 0%
CA Lorraine 105 135 135 135 ?   0% 29%
CA Morbihan 160 299 225 225 225 0% 0% 41%
BP Grand Ouest (ex Ouest) 165 165 165 165     0% 0%
CE Rhône-Alpes 120 170 170 170     0% 42%
BP Bourgogne Franche Comté 162,5 167,5 180 180 180 0% 0% 11%
CM Centre 150 270 285 285     0% 90%
MACIF 48 180 180 180     0%D 275%
CE Languedoc-ZRoussillon 83,3 90 185 185     0% 122%
CE Bourgogne Franche Comté 90 100 185 185 225 22% 0% 106%
Société Générale 145 160 192 192     0% 32%
CE Loire Drome Ardèche 120 195 195 195     0% 63%
Banque Dupuy de Parceval 200 200 200 200     0% 0%
Banque Marze 200 200 200 200     0% 0%
Banque Palatine 200 200 200 200     0% 0%
BP Rives de Paris 156 166,5 200 200 200 0% 0% 28%
CE Côte Azur 75 200 200 200 195 -3% 0% 167%
CE Grand Est Europe (ex-Lorraine Champagne Ardennes) 125 170 200 200     0% 60%
CE Grand Est Europe (ex-Alsace) 150 150 200 200     0% 33%
CE Hauts de France (ex-Nord France Europe) 150 200 200 200     0% 33%
CE Picardie 264,7 150 200 200     0% -24%
Crédit Maritime Méditerranée 75 200 200 200     0% 167%
CE Auvergne Limousin 100 190 205 205 225 10% 0% 105%
CA Nord de France 150 135 135 135     0% -10%
CA Nord Est 75 75 75 75 75 0% 0% 0%
CE Bretagne Pays de la Loire 195 210 210 210 225 7% 0% 8%
Banque Chalus N/A 210 215 215 220 2% 0% ?
CE Loire Centre 112,5 220 220 220 225 2% 0% 96%
CA Nord Midi Pyrénées 215,5 207,8 208,8 208,8 209,7 0% 0% -3%
CA Normandie 120 128 130 130     0% 8%
CA Normandie Seine 150 150 150 150     0% 0%
CA Provence-Côte d'Azur 150 150 150 150     0% 0%
CA Pyrénées Gascogne 220 220 220 220 220 0% 0% 0%
CM Centre Est Europe 150 270 285 285     0% 90%
BPE 235 235 235 235     0% 0%
CM Dauphiné-Vivarais 150 270 285 285     0% 90%
BNP Paribas 155 240 240 240     0% 55%
Hello Bank N/A 155 240 240 240 0% 0% ?
La Banque Postale 185 225 240 240 230 -4% 0% 30%
CA Sud Méditerranée 315 330 330 330 330 0% 0% 5%
Monabanq 114 250 250 250     0% 119%
CA Sud Rhône Alpes 123 142,5 148,5 148,5     0% 21%
CE Normandie 98 273 273 273 195 -29% 0% 179%
CIC 270 280 280 280     0% 4%
CM Ile de France 160,8 270 285 285     0% 77%
CM Loire Atlantique Centre Ouest 270 270 285 285     0% 6%
CM Maine Anjou Basse Normandie 160 150 150 150     0% -6%
CM Massif Central 215 227,5 227,5 227,5     0% 6%
CM Méditerranée 150 270 285 285     0% 90%
CM Midi Atlantique 150 270 285 285     0% 90%
CM Nord Europe 150 150 180 180     0% 20%
CM Normandie 270 270 285 285     0% 6%
CM Océan 150 150 150 150     0% 0%
CM Savoie Mont Blanc 150 270 285 285     0% 90%
CM Sud Est 150 270 285 285     0% 90%
CA Toulouse 31 270 258 258 258     0% -4%
Banque Kolb 190 235 294 294     0% 55%
Banque Laydernier 190 235 294 294     0% 55%
Banque Nuger 190 235 294 294     0% 55%
Banque Rhône Alpes 190 235 294 294     0% 55%
Banque Tarneaud 190 235 294 294     0% 55%
Banque Courtois 190 235 294 294     0% 55%
Crédit du Nord 190 235 294 294     0% 55%
Boursorama 179 300 300 300     0% 68%
Fortuneo 300 300 300 300     0% 0%
ING 200* 300 300 300     0% 50%
eLCL 140 300 306 306     0% 119%
LCL 140 300 306 306     0% 119%
CE IDF 310 310 310 310     0% 0%
Crédit Coopératif 260 264,7 310 310     0% 19%
CA Touraine Poitou (Fourchette de prix) 94,35 95,29 95,29     0% ?
BP Val de France 323 338 345 345 345 0% 0% 7%
CM Sud Ouest 380 410 410 410     0% 8%
Allianz 151 450 450 450     0% 198%
Axa Banque 350 450 450 450     0% 29%
CA Val de France 45 90 90 90 90 0% 0% 100%
BP Sud "Nous consulter" "Nous consulter" "Nous consulter" "Nous consulter" "Nous consulter" ? ? ?
Je compare les offres bancaires

 

Comment éviter les frais bancaires de succession ?

En cas de décès, outre la fermeture des comptes courants, l’établissement bancaire s’occupe également de la fermeture des comptes et produits d’épargne. Généralement, plus la personne défunte détenait de produits bancaires, et plus les frais bancaires de succession sont élevés. Pour limiter ces frais, la personne peut donc, de son vivant, disposer d’un nombre restreint de comptes ouverts, ou même les vider en effectuant des dotations d’argent, pécuniaires ou immobilières, à ses proches.

Attention cependant, la donation est soumise au paiement de droits proportionnels à la valeur du bien donné. Néanmoins, chaque parent peut donner jusqu’à 100 000 € par enfant sans qu'il n’y ait de droits de donation à payer. Un couple peut donc transmettre à chacun de ses enfants 200 000 € en exonération de droits. Cet abattement de 100 000 € peut s’appliquer en une seule ou en plusieurs fois tous les 15 ans.

Par ailleurs, comme pour tous frais prélevés, il est possible de tenter une négociation avec l’établissement bancaire. Deux cas de figure se présentent. D’une part, le souscripteur du compte peut, de son vivant, s’être mis d’accord avec la banque sur le montant de ces frais. Ainsi, l’engagement écrit signifiant cet accord serait transmis aux héritiers du détenteur du compte. Cette option est rare et complexe. D’autre part, l’hypothèse la plus fréquente est celle de la négociation de l’héritier avec la banque. Pour diminuer ou supprimer ces frais, il peut proposer à cette dernière de garder ses avoirs en son sein.

 

FAQ

Qu’est-ce que les frais bancaires de succession ?

Les frais bancaires de succession sont des commissions appliquées par les banques que les héritiers d’une personne défunte doivent payer, et ce, en échange des services de gestion réalisés par ces établissements bancaires (clôture du compte, transmission de l’information aux héritiers et transfert des fonds, communication des données au notaire et au fisc, etc.)

Quel est le montant des frais bancaires de succession ?

Extrêmement variables selon les banques, ces frais de traitement des successions atteignent 233 euros en moyenne en France, selon une enquête UFC-Que Choisir qui s’est appuyée sur les données du dernier Rapport annuel de l’Observatoire des tarifs bancaires en 2021. Des frais en constante augmentation, et supérieurs à la majorité des pays européens.

Comment éviter les frais bancaires de succession ?

Il n’existe pas de multiples manières pour éviter les frais bancaires de succession. Préalablement au décès, la personne peut de son vivant effectuer des donations d’argent, pécuniaires ou immobilières, à ses proches. Pour réduire le montant de ces frais post mortem, comme pour tous les frais, il est possible de tenter une négociation avec l’établissement bancaire.

Tout Meilleurtaux dans votre poche Meilleurtaux Reprenez le pouvoir sur votre budget

Faites des économies, suivez l’activité de vos comptes et simulez un achat immobilier ou un crédit consommation.

Meilleurtaux Placement Reprenez le pouvoir sur votre épargne.

Suivez la performance de tous vos contrats (assurance vie, retraite, immobilier, défiscalisation) et re-versez facilement. Garantie 0 paperasse.

Meilleurtaux Partenaires L’application gagnante pour les professionnels.

Augmentez votre chiffre d’affaires immobilières, gagnez en efficacité lors des premières visites, développez votre business au delà de l’immobilier et travaillez votre image et votre réputation.

application meilleurtaux
fraude Vigilance fraude et accompagnement

Attention, vous pouvez être sollicités par de faux conseillers Meilleurtaux vous proposant des crédits et/ou vous demandant de transmettre des documents, des fonds, des coordonnées bancaires, etc.
Soyez vigilants · Meilleurtaux ne demande jamais à ses clients de verser sur un compte les sommes prêtées par les banques ou bien des fonds propres, à l’exception des honoraires des courtiers. Les conseillers Meilleurtaux vous écriront toujours depuis une adresse mail xxxx@meilleurtaux.com
Vous avez un doute sur l’un de vos contacts ou pensez être victime d’une fraude ? Consultez notre guide.