Quelles sont les procédures pour changer d'établissement bancaire ?

Monnaie d'argent

Quels seront les effets du renforcement de l’efficacité de la mobilité bancaire ? Éléments de réponse !

Avec l’entrée en vigueur de la loi Macron le 6 février prochain, les Français pourront plus facilement changer d’enseigne bancaire.

La mobilité bancaire connaîtra en effet un nouveau cadre dans lequel les établissements seront tenus de la prise en charge des diverses opérations nécessaires au changement d’enseigne. La mesure promet de durcir la concurrence du secteur et d’améliorer la qualité du service bancaire des établissements. Explications !

Se familiariser à la mobilité bancaire

Le rapport d’Inès Mercereau baptisé « Portabilité du compte bancaire, publié en 2014 révèle qu’en termes de mobilité bancaire, la France accuse un certain retard par rapport aux pays d’Europe. L’Hexagone n’enregistre qu’environ 3,5 millions de clôtures de compte annuelles issues d’un changement d’établissement, ce qui porte la mobilité bancaire à 4,5% par an.

Néanmoins, le législateur se mobilise pour rattraper ce retard et depuis le 18 septembre dernier, les banques sont tenues de communiquer à leurs usagers une information sur la mobilité bancaire. Gratuite et sans condition, cette démarche familiarise les banques et leurs clients au basculement qui s’opérera dès le début du mois de février prochain.

Les clients auront ainsi la possibilité, par simple présentation de RIB et signature d’un mandat de mobilité bancaire, de solliciter auprès de sa nouvelle banque la prise en charge des différentes procédures nécessaires pour transférer ses comptes et données bancaires.

Le nouvel établissement devra par ailleurs s’occuper des opérations récurrentes et des chèques non débités sur les 13 derniers mois. À noter que le dispositif n’accorde qu’un délai de 22 jours aux banques pour effectuer toutes ces opérations.

Loi Macron, une menace pour les banques traditionnelles

Un cabinet de conseil mène une étude sur la fidélité des clients à leur banque. Les résultats montrent que le taux d’attrition (perte de clientèle), historiquement faible, a presque doublé en trois ans, s’établissant en ce moment à 4,3%. L’application de la loi Macron pourrait faire augmenter ce taux comme l’explique notamment un patron d’une banque régionale mutualiste.

Ce dernier affirme qu’ « il est certain que la loi Macron va faciliter le départ des clients mécontents de leur banque. Aujourd’hui, ils restent dans leur établissement parce qu’ils ont le sentiment que c’est très compliqué de changer ».

La situation devient davantage inquiétante pour les établissements bancaires quand le cabinet révèle, à travers une modélisation des facteurs de risque susceptibles d’impacter sur les revenus des banques traditionnelles, que ces dernières pourraient voir partir en fumée 26% de leur produit net bancaire, soit l’équivalent de 12 milliards d’euros.

Ainsi, la possibilité pour les clients de changer de banque plus facilement compromet la rentabilité des établissements traditionnels. D’autant plus que les banques en ligne leur volent de grandes parts de marché. Leur avenir est sérieusement menacé. Pour s’en sortir, tous les établissements bancaires ont donc intérêt à améliorer la qualité de leurs prestations.

Choisir la Meilleure Banque

Comparez gratuitement et sans engagement plus de 160 banques en ligne et réseau en moins de 1 minute. Economisez jusqu'à 300€ sur vos frais bancaires

economisez jusqu'a 300€ sur vos frais bancaire
je trouve ma banque

Archives

2019 2018 2017 2016
back top